Magazine

JARDIN

Campylotropis macrocarpa, l'arbuste qui fait aimer la rentrée

med-13916e66925dc54223c91342965db83ca17b0e15.jpeg
©Denis Prévôt

Le Campylotropis macrocarpa est un arbuste qui commence à fleurir quand les autres s'arrêtent, à la fin du mois d'août. Voilà un bon moyen d'embellir son jardin au moment où les arbustes à fleurs font souvent défaut.

med-ae7b37cb6ccda2ab2bc33bf17df448d1be2420f9.jpeg
©Denis Prévôt

Compagnon fidèle du jardinier vacancier, le Campylotropis macrocarpa est un arbuste qui a la délicatesse d'attendre le retour de vacances de son propriétaire pour commencer à fleurir. Cette attention touchante remet généralement du baume au cœur au touriste sur le retour qui ne trouve dans sa boîte à lettres, pour tout mot de bienvenue, qu'avis d'imposition, factures et autres lettres de relance. En ce cruel moment du retour à la réalité de la vie quotidienne, quelques fleurs colorées qui pointent en grappe sur les tiges graciles d'un buisson vaporeux ne peuvent que remonter un moral déjà descendu bien bas.

med-7cca4e70a9f02cb1e972f75cbf520f7917001163.jpeg
©Denis Prévôt

Un buisson trop rare

Le Campylotropis macrocarpa est un arbuste à feuilles caduques de la famille des fabacées, originaire du sud-ouest de la Chine. Avec son port buissonnant, très retombant, aussi haut que large, il occupe un espace d'environ 1,50 à 2 m en tous sens. Les jeunes rameaux, en début de saison, poussent à la verticale, avant que le poids des boutons, puis des fleurs, ne les fasse ployer en cours d'année pour lui donner un bel aspect pleureur. Peu dense, son feuillage trilobé s'insère sur des tiges fines et souples. Bien qu'original, beau, très rustique (-20 °C) et de culture facile, le Campylotropis m. se fait pourtant rare dans nos jardins.

Vivement l'automne

Les fleurs, typiques des plantes de cette famille (acacia, cytise, genêt…), avec leur corolle en forme de petit papillon, apparaissent à l'aisselle des pétioles de feuille, à la fin du mois d'août et durant tout le mois septembre, parfois même jusqu'en octobre. C'est ce qui fait l'intérêt de la plante, car les rares arbustes encore en fleur à cette saison sont généralement sur la fin poussive d'une floraison estivale. D'un mauve parfois irisé de blanc à leur base, les fleurs tombent en grappes et couvrent l'arbuste d'une belle floraison en cascade. Après fanaison, elles cèdent la place à des petits haricots plats et noirs contenant les graines. Enfin, avant de tomber en milieu d'automne, le feuillage se pare de très belles couleurs jaune orangé.

Un hiver au sec

Peu exigeant sur la nature des sols tant qu'ils ne sont pas trop calcaires, le Campylotropis m. se cultive facilement. Surtout qu'à l'instar des autres plantes de la famille, il capte l'azote de l'air, le stocke dans les nodules de ses racines et se contente, en complément, de ce qu'il trouve dans la terre, y compris la plus pauvre. Il ne nécessite donc pas d'apport d'engrais particulier. Mieux encore, il restitue aux plantes voisines, qui s'en portent généralement très bien, une partie de ce précieux nutriment. Pensez, lors de la plantation en terre argileuse, à épandre un épais lit de sable ou de gravier au fond du trou, afin de ne pas laisser les racines baigner dans une humidité stagnante délétère durant l'hiver. Résistant correctement à la sécheresse, il ne faut pas hésiter à le placer en situation ensoleillée pour bénéficier d'une opulente floraison.

L'entretien

Les fleurs bourgeonnant sur les nouveaux rameaux apparus au printemps, une taille annuelle sévère permet de maintenir leur abondance d'année en année, et ceci d'autant plus que ce travail évite à l'arbuste de tomber dans ses travers en produisant du vieux bois qui se dégarnit et fleurit peu. Il ne faut donc pas hésiter à couper les branches de la moitié de leur longueur avant chaque printemps.

Un nom bizarre

Sans doute trop rare, le Campylotropis macrocarpa n'a pas encore hérité d'un nom vernaculaire plus simple à prononcer. Cela ne serait pourtant pas un mal car son nom trompeur est issu du grec « macro » (grand), et « carpo » (fruit), alors qu'il produit des fruits d'à peine 5 mm.

Benoit Charbonneau
Article vu 87 fois

Derniers articles

  • Jardin, Mercredi 21 Février 2018

    Focus matériel : le composteur rotatif

    med-9c4e57ead4dd2eebf1605df017bf43b6db4dfed6.jpeg
    ©Mantis
    Étrange bestiole que le composteur rotatif dont la drôle de silhouette cache en réalité un processus de décomposition avancé qui accélère la transformation des matières organiques.

    Lire l'article

  • Jardin, Mardi 20 Février 2018

    Homonymies des plantes : même nom, même taille ? Mais non !

    med-06644ed05da47c09a9a44e5b3fd82ebc72b0fd54.jpeg
    Connaître par cœur le nom de toutes les plantes de votre jardin ne vous mettra pas à l'abri de quelques confusions à propos des périodes de taille. Attention aux homonymes !

    Lire l'article

  • Jardin, Jeudi 15 Février 2018

    Prendre soin des choux de Bruxelles

    med-902bbe1a6d942dacc86938eb5079508490109b56.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Du fait de leur longue maturation, qui dure plus de six mois entre le semis et la première récolte, les choux de Bruxelles plantés en été sont généralement encore pleinement productifs au mois de février. Durant cette saison souvent riche en...

    Lire l'article

  • Jardin, Mercredi 14 Février 2018

    L'erreur du mois : tailler un arbre fruitier trop sévèrement

    med-77e5399211acfe20893bbae38d3a26cf1c203c00.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Pragmatique, M. L. ne s'embête pas à étudier de près l'art de la taille des arbres fruitiers pour s'occuper de son pommier qu'il rabat chaque année sévèrement. Mais c'est aussi un amateur de pommes, malheureusement frustré car son arbre ne produit...

    Lire l'article

  • Jardin, Mardi 13 Février 2018

    Botaniques ou hybrides, des variétés de rosier résistantes aux maladies

    med-a7c6756285c1acd65173e2b14e58cb360bb8a63e.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Si vous comptez planter des rosiers en cette fin d'hiver, pourquoi ne pas orienter vos choix vers des variétés résistantes aux maladies, qui vous épargneront les traitements ?

    Lire l'article

  • Jardin, Mercredi 7 Février 2018

    La question du mois : comment utiliser le compost de cuisine ?

    med-e8efb1586526b1d1b652bbc3606e061ec23b9b6b.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Avant de pouvoir être utilisé dans le jardin, un compost doit être mûr. Cela signifie que les matières qui le composent (épluchures, trognons…) ne sont plus reconnaissables. Il a pris l'apparence d'un beau terreau fin, brun foncé, à l'odeur...

    Lire l'article

  • Jardin, Mardi 6 Février 2018

    À faire en février, tailler les arbres en trogne

    med-e7d8d2cfc08be3b9cb21d922d1b3468b9f869f43.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Héritée des pratiques paysannes lointaines, la taille des arbres en trogne est une technique simple aux nombreux intérêts, mais qui est tombée en désuétude. Et si on la réhabilitait ?

    Lire l'article

  • Jardin, Mardi 6 Février 2018

    Semer le coléus à chaud

    med-4111e02a06b999fd353053882e52b1f940d95f07.jpeg
    ©iStock / City Presse
    La grande famille des coléus se compose d'une ribambelle de variétés dont les feuillages, aux couleurs et aux motifs exubérants, feraient pâlir la plus belle des fleurs. Utilisés en plantes d'intérieur, ils se comportent en vivaces. Mais si...

    Lire l'article

  • Jardin, Mercredi 31 Janvier 2018

    Apporter du fumier à une plante

    med-bcdc7d682d447ccf73dca3e603ff1ac5a3ac6ee2.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Le fumier de cheval est l'amendement le plus couramment utilisé dans les jardins pour enrichir la terre. Ce n'est pas pour autant qu'il est épandu correctement : on a en effet souvent tendance à l'enterrer beaucoup trop profondément.

    Lire l'article

  • Jardin, Mardi 30 Janvier 2018

    L'astuce du mois : empêcher le vol des plantations récentes

    med-46128f2bb020f33de565b4a7d8f869388401e943.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Voici deux fois déjà que M. et Mme G. se font voler leurs jeunes arbustes plantés sur un talus situé à l'extérieur de leur propriété. Pour leur troisième tentative de plantation, ils ont opté pour un système d'antivol maison. Et ça marche !

    Lire l'article

Ces articles peuvent vous intéresser