Magazine

SANTÉ

Maladie alcoolique : le microbiote à la rescousse

med-7c865a3aee1804c0587e63153b88661abd7fb7b8.jpeg
©iStock / City Presse

Le microbiote n'a pas encore livré tous ses secrets ! Si l'on parle désormais beaucoup de cet organe, c'est parce qu'il a de quoi intriguer. Il pourrait, par exemple, aider la médecine à mieux soigner la maladie alcoolique du foie. Explications.

med-501da4cc15877f0d73850b152c61f0d363dbd223.jpeg
©iStock / City Presse

Si l'on sait déjà que l'alcoolisme impacte le foie et le bien-être psychique, on sait moins, en revanche, qu'il peut aussi provoquer des dégâts gastro-intestinaux. De plus en plus, la science s'attache à étudier et préciser les liens qui existent entre la maladie alcoolique du foie (MAF) et le microbiote intestinal, ce petit organe qui fait désormais beaucoup parler de lui. En septembre dernier, la Fondation pour la recherche en alcoologie (FRA) a réuni un collège de chercheurs qui se sont penchés sur la question.

med-1dc7660584bc1a51898109a49ea19cad69a2c5a5.jpeg
©iStock / City Presse

Le microbiote, un deuxième cerveau ?

D'un poids de deux kilos, le microbiote intestinal est un organe qui regroupe l'ensemble des micro-organismes vivant dans notre intestin. Il compte pas moins de 100 000 milliards de bactéries, soit dix fois plus que le nombre moyen de cellules présentes dans l'organisme. Essentiel dans le processus de digestion des aliments, le microbiote créerait à lui seul 70 % de notre immunité. Bref, c'est un organe très important à tel point qu'on le surnomme « deuxième cerveau ».

Les nombreuses recherches dont fait l'objet le microbiote ont permis de découvrir qu'il existe des liens forts et directs entre cet organe et la maladie alcoolique. En effet, on a pu observer, chez les personnes alcooliques, des lésions et des altérations du microbiote (des dysbioses) qui prouvent que celui-ci a un rôle à jouer dans le processus de guérison de l'alcoolisme.

L'alcool, un vrai fléau

Ces récentes découvertes ne sont pas sans importance puisqu'en France l'alcoolisme est un vrai problème de santé publique qui tue chaque année 45 000 personnes. Sur notre territoire, l'alcool représente également 75 % des causes de cirrhose. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, elle, qu'un décès sur cinq dans le monde est dû aux ravages de l'alcool.
Pour les personnes qui ont développé une cirrhose suite à une trop grande consommation d'alcool, le sevrage est évidemment le seul critère qui peut améliorer le pronostic vital. Mais, conscients que l'abstinence totale est très compliquée, notamment chez les patients alcooliques chroniques, les chercheurs se sont tournés vers d'autres moyens thérapeutiques. Et c'est là que le microbiote entre en jeu !

De nouvelles pistes thérapeutiques

Selon la FRA, la consommation chronique et régulière d'alcool altère le microbiote et la barrière digestive. Chez les patients alcooliques, une perméabilité intestinale a été observée, ce qui provoquerait des réactions inflammatoires en cascade.

Comme l'explique la chercheuse Anne-Marie Cassard, « le foie est irrigué pour 75 % par la veine porte et ainsi potentiellement exposé aux nutriments, toxines, antigènes alimentaires, micro-organismes ou produits microbiens provenant du tube digestif. Chez un individu sain, il existe au niveau de l'épithélium digestif une barrière intestinale étanche qui empêche que ce que contient le tube digestif ne passe directement dans l'organisme. Toute altération des barrières intestinales va donc modifier l'immunité locale, l'étanchéité et va avoir un impact sur le foie ».

En bref, les chercheurs ont compris que l'intestin pouvait être un axe de recherche intéressant dans le traitement de la dépendance à l'alcool, ce qui ouvre de nouvelles pistes thérapeutiques. En effet, jusqu'ici, la maladie alcoolique se traitait avec des médicaments ou le sevrage total, mais l'efficacité de ces traitements a trouvé ses limites. Le système digestif est donc désormais un nouveau terrain à explorer...

M.K.
Article vu 8 fois

Derniers articles

  • Santé, Samedi 18 Novembre 2017

    Cancer du sein : le lipomodelage pris en charge

    med-f6864232314d1491c77322c05c655223dd71ae28.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Les solutions de reconstruction mammaire après une mastectomie sont nombreuses. Une pratique douce encore peu répandue vient d'être ajoutée au tableau des opérations remboursées par l'Assurance maladie. C'est le lipomodelage.

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 17 Novembre 2017

    Troubles de l'attention : la dépendance aux écrans mise en cause

    med-f12e432608ef289c7650a41d7f07b386043a4d54.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Pas toujours facile d'obliger nos enfants à décoller le nez de leurs écrans ! Et pourtant, c'est la condition sine qua non pour leur éviter des troubles de l'attention et du développement.

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 17 Novembre 2017

    Les bienfaits de l'artichaut

    med-08b9a8f675c7003c9712c8237814f77a90a1ad20.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Légume d'automne par excellence, l'artichaut n'est pas seulement facile à cuisiner et savoureux, il cache aussi dans ses pétales de nombreuses vertus santé.

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 17 Novembre 2017

    Aliments transformés, faites le tri

    med-e708145bb53ec8c2a689cbe367201345cf26f3e8.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Sodas, plats cuisinés, bâtonnets de poisson… Malgré les multiples traitements subits par les aliments, les produits qui en résultent sont aussi populaires que peu onéreux. Pourtant, leur effet sur notre santé n'est pas anodin.

    Lire l'article

  • Santé, Samedi 11 Novembre 2017

    Maladie alcoolique : le microbiote à la rescousse

    med-7c865a3aee1804c0587e63153b88661abd7fb7b8.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Le microbiote n'a pas encore livré tous ses secrets ! Si l'on parle désormais beaucoup de cet organe, c'est parce qu'il a de quoi intriguer. Il pourrait, par exemple, aider la médecine à mieux soigner la maladie alcoolique du foie. Explications.

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 10 Novembre 2017

    Les Français, de plus en plus victimes du travail statique

    med-ddc200675fcff4adf3bd9f4f20a2ca1283b451fb.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Plus d'un Français sur deux passe en moyenne entre 7 h 30 et 11 h 30 assis chaque jour. En cause, une vie toujours plus sédentaire, mais aussi un travail de bureau de plus en plus statique.

    Lire l'article

  • Santé, Dimanche 5 Novembre 2017

    Contraception, une pilule de plus en plus dure à avaler

    med-4bb8ce2a21f8264199766bfe25e5d654bc323af9.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Une nouvelle enquête de Santé publique France démontre que les femmes sont de plus en plus nombreuses à se détourner de la pilule pour d'autres méthodes de contraception. Un déclin qui s'explique notamment par les soupçons de risques liés aux...

    Lire l'article

  • Santé, Samedi 4 Novembre 2017

    Bébé secoué, la maltraitance invisible

    med-d616f28157773fdcf0db29e31b55a016daafe3d4.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Loin d'être anodin, secouer un bébé est un geste extrêmement violent qui peut entraîner de graves séquelles cérébrales, voire la mort de l'enfant.

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 3 Novembre 2017

    L'aloé vera, champion du confort articulaire

    med-6e11798670c81a67cbec6197d7cdf188118e77bb.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Se lever, marcher, faire ses courses, autant de gestes et actions anodines qui deviennent quasi impossibles à réaliser lorsqu'on souffre de gênes articulaires. Si l'âge est un facteur déterminant, l'hérédité, l'inactivité, le surmenage articulaire,...

    Lire l'article

  • Santé, Mardi 31 Octobre 2017

    Dépistage du cancer du sein : les règles de l'autopalpation

    med-ed5511773d9ca53187be4ec13dd1b98265f1e30a.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Si elle ne peut remplacer un suivi gynécologique régulier, l'autopalpation du sein est un geste qui peut sauver. Voici comment procéder à cet examen dans les règles de l'art.

    Lire l'article

Ces articles peuvent vous intéresser