Magazine

SANTÉ

Maladie alcoolique : le microbiote à la rescousse

med-7c865a3aee1804c0587e63153b88661abd7fb7b8.jpeg
©iStock / City Presse

Le microbiote n'a pas encore livré tous ses secrets ! Si l'on parle désormais beaucoup de cet organe, c'est parce qu'il a de quoi intriguer. Il pourrait, par exemple, aider la médecine à mieux soigner la maladie alcoolique du foie. Explications.

med-501da4cc15877f0d73850b152c61f0d363dbd223.jpeg
©iStock / City Presse

Si l'on sait déjà que l'alcoolisme impacte le foie et le bien-être psychique, on sait moins, en revanche, qu'il peut aussi provoquer des dégâts gastro-intestinaux. De plus en plus, la science s'attache à étudier et préciser les liens qui existent entre la maladie alcoolique du foie (MAF) et le microbiote intestinal, ce petit organe qui fait désormais beaucoup parler de lui. En septembre dernier, la Fondation pour la recherche en alcoologie (FRA) a réuni un collège de chercheurs qui se sont penchés sur la question.

med-1dc7660584bc1a51898109a49ea19cad69a2c5a5.jpeg
©iStock / City Presse

Le microbiote, un deuxième cerveau ?

D'un poids de deux kilos, le microbiote intestinal est un organe qui regroupe l'ensemble des micro-organismes vivant dans notre intestin. Il compte pas moins de 100 000 milliards de bactéries, soit dix fois plus que le nombre moyen de cellules présentes dans l'organisme. Essentiel dans le processus de digestion des aliments, le microbiote créerait à lui seul 70 % de notre immunité. Bref, c'est un organe très important à tel point qu'on le surnomme « deuxième cerveau ».

Les nombreuses recherches dont fait l'objet le microbiote ont permis de découvrir qu'il existe des liens forts et directs entre cet organe et la maladie alcoolique. En effet, on a pu observer, chez les personnes alcooliques, des lésions et des altérations du microbiote (des dysbioses) qui prouvent que celui-ci a un rôle à jouer dans le processus de guérison de l'alcoolisme.

L'alcool, un vrai fléau

Ces récentes découvertes ne sont pas sans importance puisqu'en France l'alcoolisme est un vrai problème de santé publique qui tue chaque année 45 000 personnes. Sur notre territoire, l'alcool représente également 75 % des causes de cirrhose. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, elle, qu'un décès sur cinq dans le monde est dû aux ravages de l'alcool.
Pour les personnes qui ont développé une cirrhose suite à une trop grande consommation d'alcool, le sevrage est évidemment le seul critère qui peut améliorer le pronostic vital. Mais, conscients que l'abstinence totale est très compliquée, notamment chez les patients alcooliques chroniques, les chercheurs se sont tournés vers d'autres moyens thérapeutiques. Et c'est là que le microbiote entre en jeu !

De nouvelles pistes thérapeutiques

Selon la FRA, la consommation chronique et régulière d'alcool altère le microbiote et la barrière digestive. Chez les patients alcooliques, une perméabilité intestinale a été observée, ce qui provoquerait des réactions inflammatoires en cascade.

Comme l'explique la chercheuse Anne-Marie Cassard, « le foie est irrigué pour 75 % par la veine porte et ainsi potentiellement exposé aux nutriments, toxines, antigènes alimentaires, micro-organismes ou produits microbiens provenant du tube digestif. Chez un individu sain, il existe au niveau de l'épithélium digestif une barrière intestinale étanche qui empêche que ce que contient le tube digestif ne passe directement dans l'organisme. Toute altération des barrières intestinales va donc modifier l'immunité locale, l'étanchéité et va avoir un impact sur le foie ».

En bref, les chercheurs ont compris que l'intestin pouvait être un axe de recherche intéressant dans le traitement de la dépendance à l'alcool, ce qui ouvre de nouvelles pistes thérapeutiques. En effet, jusqu'ici, la maladie alcoolique se traitait avec des médicaments ou le sevrage total, mais l'efficacité de ces traitements a trouvé ses limites. Le système digestif est donc désormais un nouveau terrain à explorer...

M.K.
Article vu 20 fois

Derniers articles

  • Santé, Lundi 22 Janvier 2018

    Animal de compagnie, le meilleur des médicaments ?

    med-93b0d7a22aafe7de0d1503c4dc4bd7534d60bf77.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Grâce aux nombreuses recherches sur le sujet, les animaux sont désormais reconnus comme des outils thérapeutiques pouvant intervenir dans le cadre de nombreuses maladies.

    Lire l'article

  • Santé, Samedi 20 Janvier 2018

    Alzheimer : une formation pour aider les aidants

    med-c0ca17ae967faba6de0cbbc7f9fa042c72751819.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Pour faire face aux troubles du comportement consécutifs à Alzheimer, le docteur Bautrant a développé des thérapies médicales non médicamenteuses personnalisées. Un protocole désormais enseigné aux aidants.

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 19 Janvier 2018

    L'écharpe, une vraie alliée santé

    med-ed6679eca5f031672fee0e85db22efc76353241a.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Accessoire de mode revenu en force dans la garde-robe, l'écharpe n'est pas seulement jolie, elle est aussi très utile ! D'après une étude de l'université de Yale, aux États-Unis, enrouler son visage dans un cache-nez permet en effet de contribuer...

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 19 Janvier 2018

    Et si vous deveniez un super-héros ?

    med-d552e319ae61a06de27a33fa84848ca9bc4e23bd.jpeg
    Et si, du jour au lendemain, vous étiez soudain capable de transformer la chimie de votre cerveau pour accéder à de nouveaux niveaux de conscience, de capter les fréquences vibratoires qui vous entourent, d’'activer les capacités de guérison...

    Lire l'article

  • Santé, Samedi 13 Janvier 2018

    Les dangers de la listeria monocytogènes

    med-f3fab57b73c295842ae5d3bc46c4af3454904963.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Quelque trois cents cas de listériose sont recensés chaque année en France. Si cette infection est rare, elle n'en reste pas moins dangereuse pour les personnes sensibles.

    Lire l'article

  • Santé, Samedi 13 Janvier 2018

    Ménopause précoce : une femme touchée sur cent

    med-d3ca36a2e1f70ea0f18a7b906427e71a811de16e.jpeg
    ©iStock / City Presse
    L'arrêt des menstruations ne survient en principe qu'à la cinquantaine. Malheureusement, 1 % des femmes de moins de 40 ans sont victimes de cette insuffisance ovarienne prématurée.

    Lire l'article

  • Santé, Samedi 6 Janvier 2018

    Médicaments connectés : l'autonomie du patient en question

    med-2a989fba518c506c91a4092d09d66d775693ec40.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Et si vos pilules indiquaient à votre médecin de quelle façon vous suivez votre traitement ? C'est la promesse d'un nouveau comprimé connecté dont la mise sur le marché vient d'être autorisée aux États-Unis.

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 5 Janvier 2018

    Quand le travail devient une souffrance

    med-c589c2fe0dd6590e6ebf494e90bc3c0998ec369b.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Stress, épuisement mental, ennui profond ou incompréhension face à l'absurdité des tâches à accomplir, les conditions de travail tournent parfois à l'enfer, jusqu'à rendre les salariés malades…

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 5 Janvier 2018

    Dents de lait : comment les soulager ?

    med-3fd1184335c579f52fb0ce1da2c5b7ac22eec7d6.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Entre 6 mois et 2 ans, vingt dents de lait vont percer les gencives des bouts de chou. Une période particulièrement douloureuse qui se traduit le plus souvent par des pommettes rouges, une salivation importante, un besoin de mordiller tout ce...

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 5 Janvier 2018

    Le plaisir de manger, clé oubliée de l'éducation alimentaire

    med-18c3358677ff33d7fda98b80b766bc679e9bc19f.jpeg
    ©iStock / City Presse
    À force de mettre l'accent sur les produits sains et de stigmatiser les aliments trop gras ou trop sucrés, on en vient à diaboliser la notion de plaisir dans l'alimentation, ce qui serait contre-productif selon une récente étude.

    Lire l'article

Ces articles peuvent vous intéresser