Magazine

SANTÉ

Ménopause précoce : une femme touchée sur cent

med-d3ca36a2e1f70ea0f18a7b906427e71a811de16e.jpeg
©iStock / City Presse

L'arrêt des menstruations ne survient en principe qu'à la cinquantaine. Malheureusement, 1 % des femmes de moins de 40 ans sont victimes de cette insuffisance ovarienne prématurée.

med-54bff87d2e4aab55c4e03f12be82fe79329089df.jpeg
©iStock / City Presse

Ce n'est souvent qu'après plusieurs tentatives infructueuses d'avoir un enfant que le diagnostic tombe : insuffisance ovarienne prématurée (IOP). Cette pathologie méconnue est plus communément appelée « ménopause précoce ».

med-382bf94a66034fbe0eba93a5871e9006ed441455.jpeg
©iStock / City Presse

Des ovaires à l'arrêt

Toutes les femmes connaissent une interruption de leur activité ovarienne entre 45 et 55 ans, la moyenne étant située à 52 ans. Certaines sont d'ailleurs déjà en « périménopause » à 43 ans. Rien d'anormal là-dedans. En revanche, lorsque l'absence de règles, les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale, les sueurs nocturnes, la baisse de la libido ou encore l'irritabilité et les troubles de l'humeur – tous les symptômes classiques de la ménopause en somme – surviennent avant 40 ans, voire à seulement 30 ans dans certains cas, c'est le signe d'une maladie : la ménopause précoce.
Une prise de sang montrant un taux faible d'œstrogènes et un taux élevé d'hormones FSH suffit au gynécologue pour confirmer le diagnostic. Cette pathologie est alors d'autant plus difficile à accepter qu'elle va de pair avec une infertilité puisque l'absence de sécrétion ovarienne empêche d'envisager une grossesse. Sans compter qu'une femme ménopausée a davantage de risques de développer des maladies cardiovasculaires et de souffrir d'ostéoporose. Or, on estime qu'1 % des femmes de moins de 40 ans sont touchées et 0,1 % des moins de 30 ans.

Une origine inconnue

De multiples facteurs peuvent provoquer cette ménopause précoce. C'est notamment le cas de certaines opérations chirurgicales comme l'ablation des ovaires ou la chimiothérapie prescrite dans le cadre d'un traitement contre le cancer. Mais des maladies telles que la varicelle, la rubéole ou les oreillons peuvent aussi être en cause. Sans oublier l'impact des anomalies génétiques, des dysfonctionnements endocriniens et des facteurs héréditaires. Par ailleurs, d'après une récente étude publiée dans la revue médicale Human Reproduction, les femmes en sous-poids à 18 ans auraient 50 % de risques supplémentaires d'être touchées par la ménopause précoce que celles ayant un poids normal. Le risque grimperait même à 60 % à l'âge de 35 ans.
Si les causes peuvent donc être multiples, l'origine de la maladie reste toutefois inconnue dans 85 % des cas.

Avancer malgré tout

À l'instar de la ménopause classique, sa version précoce se traite en fonction des symptômes. La prise d'hormones de substitution (THS) peut ainsi pallier la carence de l'organisme pour diminuer l'inconfort de la patiente et éviter les divers désagréments liés à la baisse de ses hormones sexuelles. Ce traitement à base d'œstrogènes et de progestérone joue en outre un rôle protecteur au niveau cardiovasculaire et limite l'ostéoporose. Quant aux femmes qui supportent mal les THS ou qui ne peuvent pas en bénéficier, notamment parce qu'elles sont atteintes d'un cancer du sein ou de phlébite, elles peuvent se tourner vers des alternatives naturelles. L'homéopathie atténue alors efficacement les symptômes.
En ce qui concerne l'infertilité consécutive à cette interruption ovarienne prématurée, il n'y a malheureusement pas de miracle. Bien que 5 % des femmes parviennent tout de même à tomber enceintes grâce à un sursaut d'activité de leurs ovaires, les traitements de stimulation de l'ovulation sont de peu d'utilité et restent le plus souvent inefficaces.
Grâce aux progrès de la science, tout n'est pas perdu pour autant. En 2016, des chercheurs grecs ont en effet testé avec succès un mélange concentré d'un plasma riche en plaquettes, d'ordinaire utilisé pour les traumatismes liés au sport et ici injecté dans les ovaires, afin de stimuler la régénération des tissus. Six mois après l'injection, une patiente de 40 ans, ménopausée depuis cinq ans, a pu avoir à nouveau ses règles et produire des ovules qui ont ensuite été fertilisés in vitro.

Julie Polizzi
Article vu 5 fois

Derniers articles

  • Santé, Lundi 22 Janvier 2018

    Animal de compagnie, le meilleur des médicaments ?

    med-93b0d7a22aafe7de0d1503c4dc4bd7534d60bf77.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Grâce aux nombreuses recherches sur le sujet, les animaux sont désormais reconnus comme des outils thérapeutiques pouvant intervenir dans le cadre de nombreuses maladies.

    Lire l'article

  • Santé, Samedi 20 Janvier 2018

    Alzheimer : une formation pour aider les aidants

    med-c0ca17ae967faba6de0cbbc7f9fa042c72751819.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Pour faire face aux troubles du comportement consécutifs à Alzheimer, le docteur Bautrant a développé des thérapies médicales non médicamenteuses personnalisées. Un protocole désormais enseigné aux aidants.

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 19 Janvier 2018

    L'écharpe, une vraie alliée santé

    med-ed6679eca5f031672fee0e85db22efc76353241a.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Accessoire de mode revenu en force dans la garde-robe, l'écharpe n'est pas seulement jolie, elle est aussi très utile ! D'après une étude de l'université de Yale, aux États-Unis, enrouler son visage dans un cache-nez permet en effet de contribuer...

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 19 Janvier 2018

    Et si vous deveniez un super-héros ?

    med-d552e319ae61a06de27a33fa84848ca9bc4e23bd.jpeg
    Et si, du jour au lendemain, vous étiez soudain capable de transformer la chimie de votre cerveau pour accéder à de nouveaux niveaux de conscience, de capter les fréquences vibratoires qui vous entourent, d’'activer les capacités de guérison...

    Lire l'article

  • Santé, Samedi 13 Janvier 2018

    Les dangers de la listeria monocytogènes

    med-f3fab57b73c295842ae5d3bc46c4af3454904963.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Quelque trois cents cas de listériose sont recensés chaque année en France. Si cette infection est rare, elle n'en reste pas moins dangereuse pour les personnes sensibles.

    Lire l'article

  • Santé, Samedi 13 Janvier 2018

    Ménopause précoce : une femme touchée sur cent

    med-d3ca36a2e1f70ea0f18a7b906427e71a811de16e.jpeg
    ©iStock / City Presse
    L'arrêt des menstruations ne survient en principe qu'à la cinquantaine. Malheureusement, 1 % des femmes de moins de 40 ans sont victimes de cette insuffisance ovarienne prématurée.

    Lire l'article

  • Santé, Samedi 6 Janvier 2018

    Médicaments connectés : l'autonomie du patient en question

    med-2a989fba518c506c91a4092d09d66d775693ec40.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Et si vos pilules indiquaient à votre médecin de quelle façon vous suivez votre traitement ? C'est la promesse d'un nouveau comprimé connecté dont la mise sur le marché vient d'être autorisée aux États-Unis.

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 5 Janvier 2018

    Quand le travail devient une souffrance

    med-c589c2fe0dd6590e6ebf494e90bc3c0998ec369b.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Stress, épuisement mental, ennui profond ou incompréhension face à l'absurdité des tâches à accomplir, les conditions de travail tournent parfois à l'enfer, jusqu'à rendre les salariés malades…

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 5 Janvier 2018

    Dents de lait : comment les soulager ?

    med-3fd1184335c579f52fb0ce1da2c5b7ac22eec7d6.jpeg
    ©iStock / City Presse
    Entre 6 mois et 2 ans, vingt dents de lait vont percer les gencives des bouts de chou. Une période particulièrement douloureuse qui se traduit le plus souvent par des pommettes rouges, une salivation importante, un besoin de mordiller tout ce...

    Lire l'article

  • Santé, Vendredi 5 Janvier 2018

    Le plaisir de manger, clé oubliée de l'éducation alimentaire

    med-18c3358677ff33d7fda98b80b766bc679e9bc19f.jpeg
    ©iStock / City Presse
    À force de mettre l'accent sur les produits sains et de stigmatiser les aliments trop gras ou trop sucrés, on en vient à diaboliser la notion de plaisir dans l'alimentation, ce qui serait contre-productif selon une récente étude.

    Lire l'article

Ces articles peuvent vous intéresser